Réalisateur: Francis Lawrence
_________________
Superviseur VFX: Janek Sirrs
_________________
Studio: Lionsgate
_________________
Date de sortie: 22/11/13

"Nous sommes très heureux de notre participation à Hunger Games : Catching Fire. Nous avons adoré notre collaboration avec Janek Sirrs et sommes très fiers du résultat final. C’était un travail tout à fait dans nos cordes !"

− Sébastien Moreau, Président de Rodeo FX

Rodeo FX peut  se vanter d’avoir remporté ses jeux! La compagnie montréalaise a réalisé 100 plans d’effets visuels numériques pour le film qui a généré les plus gros revenus au box office en 2013; Hunger Games : Catching Fire (L’embrasement). Reconnu pour la qualité incomparable de ses décors virtuels, Rodeo FX a été sollicité pour étoffer les différents environnements des districts de Panem, que l’on découvre au cours de la tournée de la victoire de Katniss Everdeenet Peeta Mellark, au tout début du film.

Rodeo FX peut  se vanter d’avoir remporté ses jeux! La compagnie montréalaise a réalisé 100 plans d’effets visuels numériques pour le film qui a généré les plus gros revenus au box office en 2013; Hunger Games : Catching Fire (L’embrasement). Reconnu pour la qualité incomparable de ses décors virtuels, Rodeo FX a été sollicité pour étoffer les différents environnements des districts de Panem, que l’on découvre au cours de la tournée de la victoire de Katniss Everdeenet Peeta Mellark, au tout début du film.

Les environnements étaient importants dans ce film, puisque les spectateurs avaient le sentiment de ne pas les avoir vus suffisamment dans le premier volet. « Le réalisateur Francis Lawrence voulait montrer le monde de Panem davantage afin qu’on découvre les districts et les activités qui y étaient pratiquées », explique Janek Sirrs, le superviseur des effets visuels du film. « Par exemple, dans le district 12, d’où Katniss est originaire, on montre davantage l’exploitation minière, ainsi que la technologie fournie par le Capitol pour accomplir le travail. » Le mandat de Rodeo FX était donc essentiel, et le mot d’ordre était le naturel et le photo-réalisme. Janek Sirrs explique: « Pour conférer un sens d’authenticité aux environnements, les extensions de décors et la machinerie 3D s’appuyaient tous sur des références réelles contemporaines ou historiques. Par exemple, dans le district 12, l’excavatrice est inspirée d’une vraie (et énorme!) machine d’excavation nommée le Bagger, et les montagnes ainsi que les bâtiments sont inspirés de photos d’époque des villages miniers. » C’est donc avec ce soucis du réalisme que les artistes de Rodeo FX, menés par le directeur artistique Deak Ferrand, fondateur de Hatch FX, ont conçu et façonné les environnements virtuels des différents districts. Ceux-ci ont d’ailleurs dû être altérés afin d’illustrer les différentes saisons évoquées dans le film, soit de l’été à l’hiver.

Fidèle à son habitude, l’équipe de Rodeo FX a sorti sa caméra afin de filmer une panoplie d’éléments qui ont ensuite été utilisés dans différents plans. C’est ainsi que des images de ciel, de rivière, d’édifices, de foule, ainsi que de nombreux éléments atmosphériques ont été tournés par le directeur photo des effets visuels Robert Bock, et ensuite utilisés pour donner de la vie et du réalisme à l’architecture brute et froide des différents districts.

Rodeo FX s’est également vu confier le mandat de créer des écrans géants LED, présents dans plusieurs scènes. Une fois le contenu des écrans conçu et animé par l’équipe de motion graphics de Rodeo, le défi de ces plans consistait à reproduire sur les écrans et les images qui y étaient présentées les changements de focus et de profondeur de champ qui avaient été effectués lors du tournage des éléments de base. Une belle réalisation technique, puisque les effets de lentilles sont toujours délicats et très précis.

« Nous sommes très heureux de notre participation à Hunger Games : Catching Fire », dit fièrement Sébastien Moreau, président de Rodeo FX. « Nous avons adoré notre collaboration avec Janek Sirrs et sommes très fiers du résultat final. C’était un travail tout à fait dans nos cordes ! »

PARTAGEZ